La Guerre d'Indépendance

Les étapes significatives de la guerre turque d'indépendance sous le commandement de Mustapha Kémal sont:

  1. La reprise de Sarikamis (le 20 septembre 1920), de Kars ( le 30 octobre 1920) et de Gümrü (le 7 novembre 1920)
  2. Les défenses de Çukurova, Gaziantep, Kahramanmaraş et Şanlıurfa (1919 - 1921)
  3. La première Victoire d'Inönü (les 6-10 janvier 1921)
  4. La II ème Victoire d'Inönü (le 23 Mars- le 1 avril 1921) · La Victoire De Sakarya (le 23 août-le 13 septembre 1921)
  5. La Grande attaque, bataille du commandant en chef et la grande victoire (le 26 août-9 septembre 1922)

De la guerre à la République

Au lendemain de l'armistice de Mondros (30 octobre 1918), qui consacre la défaite ottomane, les Alliés occupent certaines parties de l'Anatolie et de la Thrace (Trakya), ainsi que Istanbul; le traité de Sèvres consacre la désintégration de l'Empire ottoman et de la Turquie. Contre cette réduction du sol national à une partie du plateau anatolien s'élève Mustafa Kémal, brillant officier durant la guerre, qui se révèle vite un grand politique. Les Grecs ayant envahi l'Asie Mineure en 1920, Mustafa Kémal mène contre eux et leurs alliés anglais la guerre d'indépendance (1919-1922); les victoires remportées sur les Grecs permettent aux Turcs, par le traité de Lausanne (24 juillet 1923), de retrouver leurs frontières de Thrace et d'obtenir la libération totale de leur pays; en outre, les populations grecques de Turquie (sauf à Istanbul) et turques de Grèce doivent être échangées; les capitulations sont abrogées.

Déjà, avant même le déclenchement du conflit avec la Grèce, Mustafa Kémal avait condamné le gouvernement impérial et rejeté son autorité; après les deux congrès tenus à Erzurum (Erzouroum) et à Sivas (juillet-septembre 1919), il avait réuni à Ankara, le 23 avril 1920, une Grande Assemblée Nationale, qui décida de son caractère représentatif de la nation turque, de l'exercice des pouvoirs législatif et exécutif et qui délégua ses pouvoirs à un Conseil des ministres dont le président fut Mustafa Kémal: ce fut le premier gouvernement national, contre lequel le sultan et son grand vizir envoyèrent en vain des troupes. La victoire des nationalistes entraîna la disparition du gouvernement impérial en 1922.

Les élections à la deuxième Grande Assemblée Nationale (juin-août 1923) marquèrent le triomphe total des partisans de Mustafa Kémal, organisés en Parti du peuple: le 29 octobre 1923 fut proclamé la République Turque, dont Mustafa Kémal fut aussitôt élu président; il désigna son principal lieutenant, Ismet Inönü, comme Premier Ministre. La capitale du nouvel État fut fixée à Ankara. Enfin, le 3 mars 1924, fut votée l'abolition du califat. Il fallait maintenant construire une nouvelle Turquie.