Le mot du directeur

Chers parents, chers anciens, chers élèves,

Reconnaissant auprès des frères des écoles lasalliennes qui m'ont confié la direction du lycée Saint Joseph, je tiens à vous remercier aussi pour les témoignages de soutien que j'ai reçus dès l'annonce de ma nomination. Je tiens à remercier aussi M. Jean-Michel Tricart qui a dirigé avec sagesse et bienveillance notre école durant 8 années et qui m'a aidé à me préparer à ma nouvelle mission. Je le remercie pour ces années de collaboration et lui souhaite à lui ainsi qu'à son épouse un heureux retour en France, aux côtés de leur famille.

Je ne m'attarderai pas à me présenter puisque je suis entré au lycée Saint Joseph en septembre 2004. Je me contenterai de dire que je suis un professeur de français amateur de culture générale et féru de langues étrangères, arrivé à Istanbul il y a 16 ans. J'enseigne le français au Lycée Saint Joseph depuis 11 années et j'ai eu le bonheur depuis 2007 de me mettre au service des jeunes, des professeurs et des familles, en tant que sous-directeur, pour rendre aux jeunes qui nous sont confiés le plus grand des services, le plus grand des bienfaits, celui d'éduquer, c'est à dire de faire grandir.

Dans cette mission d'éduquer et de permettre un cadre favorable aux professeurs, 5 convictions se sont affermies en moi et je souhaite que nous les portions ensemble pour que notre école poursuive sa tradition de qualité en préparant au mieux les jeunes qui nous sont confiés:
- La première de ces convictions est la nécessité de la discipline dans notre école. Elle est la fondation de l'édifice. La discipline n'est pas seulement une exigence vis à vis des élèves, elle est une exigence personnelle du professeur envers lui-même que ce soit en classe où il a comme devoir de maîtriser sa matière et son art d'enseigner, de tenir ses classes en fixant des limites pour mettre les élèves en situation d'apprendre, ou bien hors de la classe, durant les surveillances, les gardes, les réunions, les rencontres avec les familles. Cette exigence à avoir n'exclut pas la bienveillance, bien au contraire, elle est le signe de notre attention et de l'attachement que nous témoignons vis à vis des jeunes.
- La seconde, c'est l'importance du travail d'équipe dans notre maison. Le travail d'équipe se vit au conseil de direction, dans les groupes de concertation par matière, dans le conseil inter-zümre, dans le conseil de discipline et d'honneur, durant le conseil de classe, autant de lieux de rencontre qui constituent les colonnes qui portent le projet éducatif lasallien. Ce projet, notre communauté éducative le construit lorsqu'elle élabore la progression pédagogique dans les disciplines, lorsque les enseignants innovent dans leur pédagogie et dans leur manière de se former, lorsqu'ils organisent un échange avec une école, lorsqu'ils soutiennent des projets de solidarité. 
- La troisième découle de la seconde: pour travailler en équipe, l'humilité est de mise. Pour construire une communauté éducative exemplaire, il nous faut, à chacun d'entre nous, savoir écouter, faire preuve de patience, connaître nos limites, savoir exprimer nos difficultés, reconnaître nos erreurs, accepter le changement ou les décisions prises. Cela est valable pour tout le monde à l'école: élèves, professeurs, personnel, directeur, parents...
- La quatrième, c'est l'ouverture d'esprit: nous sommes une école de la rencontre: entre des turcs, des français et des franco-turcs. Nous nous devons de montrer un exemple d'ouverture et de fraternité dans un monde trop souvent tenté par le repli identitaire ou les idéologies de la peur où l'autre rime avec danger. Le psychologue et écrivain Henri Wallon résume bien la mission de l'école qui est d'"enseigner ce qui unit et libère les hommes". Cette ouverture d'esprit ne se limite pas aux murs de notre école mais notre porte est ouverte sur l'extérieur: aux écoles de Turquie avec qui nous développons des projets de solidarité, aux écoles de notre réseau lasallien du proche-orient ou d'Europe et à d'autres écoles encore dans le cadre du MFNUE par exemple.
- Ma dernière conviction, c'est le sens du service et de l'équité. Nous sommes au service de la jeunesse de ce pays avec tous ses besoins éducatifs, moraux, civiques et environnementaux et nous devons tout faire pour oeuvrer à sa réussite quitte à remettre en question parfois nos certitudes et nos habitudes. Nous rendons ce service quand nous sommes capables de garantir l'équité et la justice dans la classe et entre nous.

Dans ma mission de chef d'établissement, j'aurai soin de :
- De maintenir ce climat de confiance qui anime la bonne qualité des relations, essentielle dans l'acte éducatif.
- D'oeuvrer à la qualité pédagogique dans ce qui fait le coeur de notre métier: la rencontre avec les jeunes durant le cours en gardant à l'esprit cette devise de Sénèque: "Etudie non pas pour savoir plus mais pour savoir mieux"
- De développer un usage raisonné du numérique au service d'une pédagogie valorisant l'expérimentation, l'innovation et les projets créatifs et la formation des enseignants
- De poursuivre les initiatives en faveur des plus démunis, des plus fragiles dans notre société
- De sensibiliser nos jeunes à l'environnement, au développement durable et aux énergies nouvelles.

Sachez par avance que je mettrai toute mon énergie pour conduire au mieux cette belle maison Saint Joseph aidé en cela par un co-pilote avisé en la personne de M. Ender et d'une équipe de direction de grande qualité avec qui je collabore déjà depuis des années, aidé aussi par tous les coordinateurs et les présidents de zümre qui mettent tout leur esprit et leur coeur à faire vivre les projets de l'école et bien sûr par tous les professeurs et les personnels qui portent la vie de l'école au coeur de la classe, vers le coeur et l'esprit de cette belle jeunesse de Turquie.

Paul Georges
Lycée Privé Français Saint-Joseph d'Istanbul
Directeur