Dans ma pensée de Directeur du Lycée Saint-Joseph, l'idée de la création d'une Fondation (Vakıf est née de la nécessité de sauvegarder la propriété du terrain sur lequel se trouvent les courts de tennis et la piscine du Dernek. L'Institut des Frères était le propriétaire moral de ce terrain, Monsieur Pierre Poisson, en France, en était le propriétaire légal par voie d'héritage, et la Direction Général des Vakıf avait un droit de regard du fait du Montant de compensation n'avait pas été règle en temps voulu. 

 

Du fait de l'âge avancé de Monsieur Poisson, j'avais pensé qu'il était urgent de régler la question par une donation à une fondation et j'avais sollicité de mes supérieurs et de Monsieur Poisson dont j'étais le mandataire universel, l'autorisation de faire cette donation. J'avais demandé aussi au Comité d'Administration du Dernek d'étudier la question.

 

Monsieur Poisson n'a fait aucune objection pour m'accorder l'autorisation sollicitée, mes supérieurs non plus, mais à condition que soient puisse les dispositions qui permettraient la conservation de sa destination à notre terrain. Messieurs Tunç Uluğ et Temiz Üstün ont pris les contacts nécessaires; Monsieur Ateş Vuran a préparé un projet de charte et Monsieur Özer Seliçi a été notre conseiller juridique, avec Monsieur Rifat Saban, avocat du Lycée Saint-Michel. Les formalités pour le réglement du Montant de Compensation, pour la dévolution du terrain au nom de Poisson et pour sa donation à la Fondation qui serait créée, commencèrent sans tarder et le 2 Octobre 1992 la Direction des Vakıf d'İstanbul transmettait le dossier à la Direction Générale, à Ankara.

 

A la fin de Novembre, Monsieur Temiz Üstün se rendait à Ankara et apprenait avec stupéfaction :

  • que le dossier n'était pas parvenu à destination
  • que si le Montant de Compensation n'était pas payé avant la fin de l'année, le terrain serait hypothéqué;
  • que si Monsieur Poisson décédait avant que le Montant de Compensation ne soit payé le terrain reviendrait au Trésor.

II fallait donc, rapidement, remettre le dossier dans le circuit, obtenir les autorisations nécessaires de la Direction Général du Vakıf, faire estimer le terrain pour calculer le Montant de Compensation, et s'adresser au Tribunal pour faire approuver la création de la Fondation. Nous avons chargé l'Avocat Maitre Suat Ballar, spécialiste du Droit des Fondations de la conduite des opérations. Il nous fallait trouver rapidement 400.000.000 TL, capital exigé pour la Fondation. L'Institut des Frères apportait, avec le terrain, la somme de 250.000 000 TL. Il manquait donc 150 000.000 TL qu'il fallait trouver sans tarder. Nous avons decidé de nous adresser d'abord aux membres du Conseil d'Administration du Dernek qui avaient porté de toutes les formalités, puis aux anciens présidents et à quelques membres qui avait été par leurs conseils, par leurs encouragements ou par l'intéret qu'ils nous avaient manifesté, des pionniers dans la question. Finalement, toutes les formalités terminées, la Fondation était officiellement créée la 29 Décembre 1992.

 

Je ne saurais trop dire ma reconnaissance à tous ceux qui m'ont aidé dans cette tache difficile par leurs conseils, par leur soutien et par leur travail : tout d'abord Monsieur Pierre Poisson qui a fait notre admiration par son honneteté et sa disponibilité à nous donner carte blanche chaque fois que nous l'avons sollicité (nous avons appris, avec tristesse son décès en Septembre 1993); à mes supérieurs pour la confiance qu'ils nous ont témoignée, à Messieurs Tunç Uluğ, Temiz Üstün, Özer Seliçi et Ateş Vuran sans qui rien n' aurait été fait et qui se sont trouvés aux bons postes, au bon moment pour mener à bien toute l'affaire; à supporter le poids de la bureaucratie, à Madame Raset Soyer et à Maitre Suat Ballar à la compétence desquels nous devons beaucoup; enfin à tous ceux qui nous ont apporté leur aide matérielle ou morale dans cette aventure.